Translate

lundi 5 juin 2017

The King in Mirrors

Ce que j'aime chez le groupe The King in Mirrors c'est qu'il va droit au but. Ses compositions sont garnies de guitares, de mélodies, de tambourins poppeux qui me font fondre. L'efficacité mêlée à l'humilité des arrangements, basse, batterie, guitare et voix forcent le respect quant au résultat mélodique et harmonieux. C'est dansant, ludique et pourtant abouti et peaufiné. L'auteur compositeur anglais Rich May de Swindon, à mi-chemin entre Bristol et Reading, concocte ses mélopées, joue de la guitare et aux claviers, chante entouré de Colin May aux guitares, Jason Bush à la basse et Jamie Deighton à la batterie. Parfois s'ajoute à la bande Helen May au chant. En septembre 2012, l'éponyme King in Mirrors parait avec sept titres alternatifs, supra indiepop où le fabuleux ensemble balance la rythmique endiablée de Rich Craven, les trompettes de Barry Smith et le melodica assuré par Rich à tout bout de champ sur Time Moves On. The King in Mirrors réitère en 2013 avec le génial Rolling In The Sun qui respire toute la britpop de Sarah Records. Mars 2014, c'est Little Voices et ses 5 titres qui tournoie sur les platines.



Les anglais offrent en 2016 le touchant Talk about Today et en mars 2017, le single Foolish Things. Talk about Today en format cinq titres sucre d'orge pop commence avec les notes de guitares et de basse sautillantes alternatives à la sauce The Go-Betweens-Boo Radleys. Superheroes suit, de la même mouture, aussi fringant, pop dansante aux guitares shoegaze et choeurs fleuris. L'harmonie de la mélodie et des rythmiques galopantes de The Deepest Blue offre une orchestration franche, brute et entêtante. Une belle énergie noisy-pop se dégage de l'artillerie de guitares saturées et planantes. L'iode nous arrive aux oreilles avec Hallsands où la batterie fait des rouleaux sur la guitare électrique pleine de feelings et de puissance. Le bonbon pop In A Starlit Sky termine l'écoute sur un chant sublime intime qui boucle un album ample et homogène, aussi dodu et doré de musicalité que Little Voices et Rolling in the Sun.
TheKingsInMirrors