Translate

vendredi 10 juin 2016

Palomica

Palomica est un gros coup de coeur qui arrive à mes oreilles comme un coup de Trafalgar pop. Lo-fi, rock'n roll à souhait, pop home-made, le tout est shaké avec grâce et talent spontané. Les compositions solides offrent des mélodies nacrées d'instrumentations alternatives piquées de psychédélisme. Voluptueux, les samples viennent alimenter les guitares, les rythmiques et la voix sautillante de monsieur Palomica, Nicol Parkinson. Originaire de Brighton, l'artiste à la suite de son autre projet Frozy, signe un premier album solo en 2013 Sometimes It’s A Struggle et proposera son deuxième album de 8 titres nommé Petito le 1er juillet prochain. Nicol fleurit son style avec de belles influences comme le Velvet Underground et Tenniscoats, le japonais Tori Kudo, ou encore Yo La Tengo et Magnetic Fields.



Aujourd'hui 10 juin sort le single Honeydew en guise de tapas pop pour patienter, titre où Nicol convie Rosie Smith de Oh Peas pour l'accompagner au chant et à l'écriture. Le morceau bondit aux oreilles, gonflé de notes indie-pop des plus ravissantes. Les amateurs de Sarah records et de Matinée records seront aux anges. Les deux artistes se répondent dans un esprit pop savoureux, décalé et old-school, sur des guitares qui regorgent d'harmonies et d'énergie.
J'ai écouté Petito et c'est une réelle petite bombe qui commence par un Ribbons explosif de sonorités proches de Lou Reed. La fraicheur de Jonathan Richman s'y entend également. L'univers de Palomica présente d'entrée en biseau des lignes de guitares surprenantes, une batterie singulière et sa voix pastorale qui enveloppe l'ensemble. L'envie de danser est garantie, bougeant autant les orteils que le popotin. Puis on suit Nicol sur Petito pour une partie de colin-maillard sonore, l'instrumental nous emmène sur des sentiers inédits jusqu'au splendide Water Walks. Le piano y fait des loops délurés accompagné de l'accordéon et de la guitare électrique maîtrisée. Le texte saute du coq à l'âne avec une poésie et un romantisme fou. Nicol y évoque l'enfance ce qui rappelle que l'album est enregistré en partie chez ses parents dans sa chambre d'enfant et l'autre en studio à Brighton. On continue de taper du pied sur les harmonies scandées d'Actual Sighs montrant un univers borderline au son idoine. Suit le splendide Honeydrew et le tournoyant Bellyful au texte souriant et aux allures garage, sixties, incroyables et impeccables. L'humour fin et délicat de Nicol détonne sur tout l'album qui se termine avec les bandes musicales de You have the softest voice et Big Black Clouds aux formats instrumentaux, colorés de chants d'oiseaux, d'une ambiance de campagne champêtre réussie. Petito est rempli d'inspiration, d'une âme rock'n roll aux tendances fleur bleue ultra-séduisante.
NicolParkinsonPalomica