Translate

samedi 29 mai 2010

French


French est un poéte dans le paysage pop français. Je le découvre grâce au label French Touche, jolie et géniale entreprise d'Arnaud Fleurent-Didier. French alias François Gallet est un artiste noble et beau comme un animal sauvage, en voie d'extinction mais surement pas en extinction de voix. Piggledy aime faire de l'ombre à Brigitte Bardot et Bougrain Dubourg parfois.
François commence à composer dès les années 90 au sein du groupe Peloueyre qui sort en 1997 le 45t Titanic sur feu le label Ubik, salué à l'époque par les inrocks et Magic, ainsi que le superbe disque Peurs de Système sous le pseudo French en 2001. Il y avait eu un projet avec Etienne Jaumet (Zombie-Zombie) et Flóp (signé sur French Touche), pas réalisé mais quand French vient rejoindre Paris en 2000 ils continueront de travailler main dans la main pour les futurs albums.
Il inaugure son entrée chez French Touche en 2003 avec le single Qui m’aime me fait suivre. France Culture lui consacre une émission et il enchaine une série de concerts avec Flop dans la capitale française.

PasserEnEspagne

C'est au sein du label Les Disques Bien, collectif d'amis de French qu'ils fondent ensemble (Mariah Camargo de Staal, François Gallet, Eddy Godeberge, Etienne Jaumet, Francisco López, Stéphane Massy, François Tarot rejoints par Charles Berberian) qu'il compose le premier cd Homo (pour homogène) enregistré entre 2006 et 2008 à Mains d'oeuvres sous la houlette magistrale d'Etienne Jaumet. Le second, Hetero (pour hétérogène), composé de lives, d'inédits dont certains comme Passer en Espagne, sont arrangés par Arnaud Fleurent Didier. Le double album sort en 2009, album baptisé Bi.
Quand François Gallet chante, griffe et caresse sa guitare, il offre un bijou. En écoutant son chef d'oeuvre, se dévoile un univers majeur, poetique et lyrique. Ses mots cinglants de carnassier, chantés avec élégance et majesté, représentent un travail d'écriture considérable.

Le seigneur French est accompagné sur Homo par Flóp, guitare, banjo, ukulélé, basse, percussions, orgue, glockenspiel et mellotron émulés, autoharp, kazou, guimbarde, chœurs, prise de son, mix, Etienne Jaumet, percussions, saxophone, prise de son, François Tarot, clarinette, Jean-Pierre Chevé, saxophone, basson, flûte traversière, Vincent Mougel, guitare, trompette, chœurs, Christophe Rodomisto, guitare, Jan Ghazi, pedal steel guitare, Stephen Harrison, contrebasse, Rémi Bienvenu, piano.
Sur Hetero, French assure au chant, guitare, piano, tambourin, orgue, basse, Flóp et Etienne Jaumet, idem, Pascal Rémond, clavinova, Aurélia No, percussion, Ema Derton chant, Anne Gieysse chant, Rozenn, chant, Fiora Marfaing, chant, Arnaud Fleurent-Didier, arrangements et réalisation de plusieurs titres.
En écoute, émission de radio campus Paris avec la troupe des disques bien : Flop, French et Mocke du groupe Holden là : EuphonieMP3

myspace

jeudi 27 mai 2010

Apollo Sunshine

Les Apollo Sunshine se rencontrent en 1997. Sam et Jeremy étudient la production et l'engineering dans la même école de musique que Jesse Gallagher à Boston. Un de leurs profs, Andy Edelstein, les aident pour produire et mettre en place leur premier album dans les studios de Katonah, chouette ville de l'état de New-York, également titre de l'album qui sort en 2003.

SignOnTheWindowMP3

Deux ans plus tard, un disque éponyme voit le jour. Les Apollo Sunshine entrent de belle manière dans le monde pop-psyché, tantôt groove-funk-rock tantôt country-jazz. Leur style colle à l'esprit du collectif américain Elephant6 Records, composé de Of Montreal, Olivia Tremor Control, Neutral Milk Hotel, Circulatory System et les Apples in Stereo, avec qui les Apollo vont faire une tournée.

TodayIsTheDayMP3

Ils continuent sur les routes à jouer leurs mélodies énergiques et de belle inspiration et accompagnent les Dirty Pretty Things en Angleterre en 2008, année du troisième album Shall Noise Upon. Apollo Sunshine semble si éclectique qu'il est difficile de classer le répertoire dans un genre. Je dirais qu'en les écoutant c'est comme traverser les USA en moto via la route 66 avec John Lennon à la gestion du guidon et les Brian Johnstown Massacre assis dans le side-car, étant coursés par des coyotes déguisés en mariachi, jouant aux osselets ou à la bataille de cactus avec les Magnetic fields. Les Apollo apportent du paysage composite, de l'amusement, de la qualité musicale et un réel panache.


Ces trois musiciens de génie font chatoyer l'harmonica, les guitares, les harpes, l'orgue, les tambourins en proclamant leur amour sur des airs troubadouresques telle que Singing To The Earth (To Thank Her For You) et font danser des partitions romantiques avec les hautbois, flûtes traversières, violons et clarinettes sur Happiness. Shall Noise Upon devrait plaire aux amateurs du genre aux confins de la pop psyché et du rock judicieux.

myspace

mercredi 26 mai 2010

Kakkmaddafakka


Il était une fois en Norvège, les deux groupes Kings of Convenience et Alexander von Mehren qui forgeaient une jolie renommée aux vikings pop du pays. Mais voilà une troupe de joyeux drilles qui depuis 3 ans gagne en notoriété et fait grand bruit dans tout le royaume scandinave : Kakkmaddafakka.

Les deux frères Axel et Pål Vindenes, leurs deux amis, Jonas Nielsen et Stian Sævig sont des techniciens hors normes et inspirés qui transforment quelques notes en avalanche de sons flamboyants, dansants, swinguants et chantants. En live, ils mettent le feu et brulent les planches. Le public est absorbé par l'énergie des lascars de Kakkmaddafakka, doublée de drôlerie et de simplicité.
Ils enregistrent en ce moment leur deuxième album à Bergen dans les studios de Kato Adland (guitariste dont le groupe est Major Seven and the Minors, également ingénieur son qui travaille avec Sondre Lerche).



Leur album sera rock, pop, disco, une fiesta de mélodies avec du violoncelle, des trompettes, du cor, des guitares électriques en cascade à l'image du groupe qui à partir du noyau quartet peut aller jusqu'à douze musiciens sur scène. Ils chantent tous, sautillent, dansent, entrainent, déjà accueillis par de multiples festivals comme le Melt Festival en Allemagne où Erlend Oye (Kings of convenience) les accompagnait.
Ils enchainent une série de concerts cet été aux Pays Bas, Norvège, Allemagne, Angleterre après être passés au Scopitone à Paris en Mars dernier.
Les Kakkmaddafakka telle une formule magique enchantent et méritent une attention particulière.

Myspace




dimanche 23 mai 2010

Keren Ann

Keren Ann est l'artiste féminine la plus talentueuse et surement la plus sympathique dans le paysage pop. Arrivée des Pays-Bas, elle vit en France dès ses 11 ans. Keren Ann Zeidel, née à Césarée en Israël, fait ses premiers pas artistiques dans le film K d'Arcady en y jouant le rôle de Judith, agent du Mossad et en interprètant le titre du générique.



C'est en 2000 que l'artiste se révèle via l'album La Biographie de Luka Philipsen, composé à quatre mains avec celles de Benjamin Biolay, son complice des débuts. Ensemble, ils écrivent le disque Chambre avec Vue pour Henri Salvador qui leur apportera une victoire de la musique en 2001.
Keren Ann, un peu reservée et timide, volontaire et bosseuse, brule les planches et ne lésine pas à jouer en live, assure une série de concerts flamboyante, dont l'Olympia en 2002 suite à son splendide deuxième album La Disparition. Ces deux albums sont de l'or en barre.

seule

Voyageant pour présenter ses albums, sa renommée grandit. Keren s'installe à New-York et nous offre en 2003, un album chanté en anglais qui lui vaudra une acclamation générale. Auteur-compositeur et interprète confirmée, elle s'inspire de son récent vécu au coeur de la Big Apple pour écrire Nolita, quatrième album dont le nom est inspiré du quartier de Manhattan. Sans cesse travaillant, évoluant, Keren Ann gagne désormais une jolie reconnaissance mondiale.


Sa générosité artistique, évidente dans son duo avec Benjamin Biolay est derechef mise en exergue via son duo Lady and bird, aux côtés de Bardi Johansson, artiste islandais du groupe Bang Gang avec qui elle signe l'album Lady and Bird en 2004. Avec Benjamin Biolay, ses albums usent d'instrumentations orchestrales pop, flûtes, cors, trompettes, Lady and Bird est un peu plus folk, proche d'une trame à la Leonard Cohen. Toujours surprenante, Keren Ann revient avec Johansson pour un enregistrement live à Reykjavik avec le Icelandic Symphony Orchestra en 2009. Lors de leur tournée, c'est l'orchestre Lamoureux qui accompagnera le duo à Paris.

midiDansLeSalonDeLaDuchesse

2006, Keren Ann étonne de nouveau avec un album éponyme plus dansant et rock, démontrant ses dons de guitaristes et l'étendue de ses influences, de ses capacités d'honorer en excellente musicienne tous les styles, pop, chanson française, rock anglo-saxon, folk, etc. Son élégant savoir-faire, elle le met en oeuvre dans le disque qu'elle compose avec la complicité là encore de Doriand pour l'album de l'actrice Emmanuelle Seignier dont on entend le single Dingue depuis janvier 2010.

E.SeignerDingue

Cette année sera couronnée de la composition de bande originale du film Thelma Louise et Chantal. Film tourné par Benoit Petre avec les géniales actrices, Jane Birkin, Catherine Jacob et Caroline Cellier, était en salle en mars dernier. Alors que la musique du film original Thelma et Louise fût écrite par Hans Zimmer, c'est Keren Ann qui appose sa griffe et signe la bande originale de cette adaptation française. On y entend Vanessa Paradis, Benjamin Biolay, Chris Garneau, Brigitte.. pour de fabuleuses reprises de titres comme Vous les copains je ne vous oublierai jamais, La plus belle pour aller danser, La Question (F.Hardy), L'idole des jeunes, et un inédit de Gainsbourg, Les filles n'ont aucun goût.

KerenAnnMyspace

mercredi 19 mai 2010

French Cowboy


Federico Pellegrini est l'étincelle qui éleva les Little Rabbits entre 1988 et 2005 au rang des meilleurs groupes pop-rock français. Le club des cinq vendéens, Federico, Stéphane Louvain, Olivier Champain, Gaetan Chataigner, Eric Pifeteau avec six albums à leur actif, ont accompagné leurs deux amis d'enfance Philippe Katerine et Dominique A en "backing band" et ont composé la musique du film Atomik Circus avec Vanessa Paradis, Benoit Poelvoorde et Jean-Pierre Marielle, sorti en 2004.

Après les Transmusicales de Rennes en 1991, ils enregistrent leur premier disque en 1992 Les faux puits rouges et gris (Katerine y participe) et assurent cette même année la première de My Bloody Valentine à l'Olympia. Suivra l'album Dedalus, puis Grand Public anobli par la présence de Jim Waters, producteur de Sonic Youth, Calexico.

En 1998, le maxi la piscine annonce le quatrième album Yeah, et La Grande Musique en 2000. Une superbe compilation Tribute to the Little Rabbits, So many friends of them , sur laquelle Mickey 3D, Married Monk, Dyonisos, Times Square, the Days etc reprennent les titres du quintet chevaleresque.

LAPISCINEmp3

Depuis 2005, Federico reprend la guitare classique de ses 17 ans et compose des morceaux accoustiques, folk, des balades qui seront jouées par une formation réduites des Rabbits appelée French Cowboy.

C'est donc avec Stéphane Louvain, Gaetan Chataigner (videaste et musicien de Philipe Katerine et Dominique A), et Eric Pifeteau que Federico repart en croisade. Mixés dans le desert de l'Arizona à Tucson par Jim Waters, les albums de French Cowboy sont : en 2007, Baby Face Nelson was a french cowboy, Share horses en 2008, (Isn't my bedroom), ep de 2009, présenté en première partie de Jonathan Richman à Vauban pour un concert exceptionnel, et le tout récent (Isn't my Bedroom) A masterpiece en février 2010.



(Isn't my Bedroom) A Masterpiece est un album incroyable. Federico a dessiné une atmosphère qui sonne folk et psyché tout droit venue de l'ouest américain. Sa voix désarmante, galope, rue et dégaine à la Jesse James . Il y a du Burt Bacharach dans le chant de Federico, qui drape les textes de haute lice et sculpte un univers western psyché. A commander sur Havalina Records, le label de Federico Pellegrini.
MYSPACE
HAVALINA*RECORDS

mercredi 12 mai 2010

Richard McGraw


Burying The Dead sort le 15 janvier 2010, signé par Richard McGraw, auteur-compositeur new-yorkais. McGraw n'en est pas à sa première production, c'est son cinquième disque. Burying the Dead, sorti sur un petit label Non-Utopian qui est loin d'utiliser l'artillerie lourde promotionnelle, édité le jour du décès de Vic Chesnut, fait déjà le tour de la planète en remportant un franc succès. C'est légitime et mérité car c'est un objet magnifique de fond en comble.
De la veine de Wainwright, Dylan, Donovan, Will Oldham, Nick Cave, certains s'accordent pour dire que McGraw est le nouveau prophète du genre et que Burying the Dead est une pièce majeure de son répertoire, d'autres que cette sortie est la meilleure de 2010.
La pochette est représentée par un dessin de Kevin Sprouls, célèbre portraitiste et créateur du style pour le Wall Street journal. Au côté de Richard McGraw, il y a le Brooklyn Philharmonic, des invités comme Baird Hersey + Prana, ensemble vocal qui a officié déjà avec les Talking Heads, Joni Mitchell etc.. et à la direction artistique des noms comme Jay Foote des Welcome Wagon et Diane Birch, pianiste américaine qui sort un superbe opus en 2009, Bible Belt.


Brillamment entouré, Richard McGraw offre une reprise de The Faith de Leonard Cohen dont il est clairement l'héritier, Chelsea Hotel et My life, magnifique titre de Billy Joel, sont revisités avec l'amicale collaboration de Jay Foote, également arrangeur et producteur de Sufjan Stevens, entre autres.
Sur une trame lyrique conduite par les violons, violoncelles, accordéons, Wurlitzer, banjo, l'atmosphère folk règne et c'est la guitare de McGraw, profonde, grave, vibrante qui mène la danse. Un peu alt-country comme sur On our Knees et son banjo flamboyant, parfois pop alternatif, Burying the Dead est aussi porté par les textes poétiques, riches de métaphores, et la voix habitée de Richard McGraw. Son chant, fulminant de maturité et de sincérité, convainc et touche.
Il y a du génie et du brio dans Burying the Dead, qui est un album à écouter absolument.
richardmcgraw.bandcamp

samedi 8 mai 2010

Toog


Toog est un phénomène à la croisée du moderne, de l'avant-gardisme, de la nostalgie grandiloquente mêlés au genre électronique pop.
Auteur, compositeur, interprète originaire de Mulhouse, Gilles Weinzaepflen alias Toog est l'artiste le plus complet et à la fois le plus complexe, le plus américain des alsaciens, le plus européen des parisiens. Ses origines, sa richesse culturelle influencent ses compositions qui nous captent, ravissent et interpellent. Son travail est le reflet d'une grande sensibilité, d'une brillante intelligence et ses textes, sa musique, son univers sont extrêmes et forts mais toujours soyeux.

Toog a du style. Ses morceaux construits avec ecclectisme, caractérisés par l'utilisation de bruitages qui donnent une veine cinématographique, forment sa griffe et sa signature.

LePréfèré(sur6633)

Je le découvre en 2000, au hasard, avec la pochette de son opus sorti en 1999 , qui attire mon regard. La personnalité hors normes de Toog apparait alors dès les premières notes de 6633, titre venant de son année de naissance, 1966 et de son âge, 33 ans, quand le disque sort. C'était il y a 10 ans, et déjà Toog proposait une atmosphère pop moderne en parfait décalage avec le style musical commercial de l'époque.
Ami depuis les années 90 de Philippe Katerine et Kahimi Karie, il rencontre en leur compagnie le producteur et arrangeur Digiki à Paris. Mais c'est d'abord avec l'américain Momus qu'il fait ses premières armes.


En 2000 il assure la tournée de Momus aux Etats-Unis. 2001, le deuxième album Easy Toog for the beginners parait, plus pop que jamais, truffé d'instruments comme la flûte, guitare, piano et saxo, joué d'une main de maître, celle d'Etienne Jaumet (Zombie-Zombie, Married Monk, Herman Düne). De nouveau dans ce superbe album, les références littéraires et cinématographiques ne manquent pas : Echec de Pérec, General Says, Maitresse...

EchecdePerec(surEasyToogForBeginners)

Alors qu'il compte aller retrouver la scénariste et actrice Asia Argento (fille du réalisateur italien) à New-York, Toog est à Paris le 11 septembre 2001, son vol annulé, apprend ce qu'il se passe outre-atlantique. Le terrorisme, les deux tours jumelles disparues vont lui inspirer illico un ep 4 titres qui portera le nom de la fille d'Asia, Anna Lou.

Dans les mois qui suivent il travaille à l'album complet nommé Lou Etendue, album concept qui relate un amour impossible au coeur d'une guerre, du terrorisme, basé sur les poèmes d'Apollinaire, Poèmes à Lou, destinés à son aimée Louise de Coligny-Chatillon.
Lou Etendue, écrit à quatre mains avec Digiki sort en 2004 sur le label de Gilles Weinzaepflen, Karaoke Kalk. La mélancolie mise en musique par les synthé, la harpe, le glockenspiel et le piano voltige et anime les mélodies.

En 2005, le livre-album Ame Soeur signé Yvan Améry sort accompagné d'un cd orchestré par Toog (sorte de bande originale du livre). Toog dirige également une revue littéraire de poésie, TO rebaptisé Mitsu et tourne un documentaire en 2009 sur Jean-Jacques Perrey, le précurseur du son électronique en France dans les années 60. Le film est présenté au festival Cimm de Chicago en mars dernier.



2010 Goto, cinquième album arrive. Toog y est encore excellent. Les dix titres claquent avec classe, étincellent d'élégance. C'est avec sa voix fleurie et son phrasé délicat que Gilles construit ses enivrantes mélodies. Il y invite son acolyte de scène et de studio David Fenech, ainsi que Michel Gondry qui prête sa voix sur L'esprit de l'inventeur, ainsi que Florence Manlik, la belle épouse de Toog qui illustre de manière touchante et beaucoup de talent ses albums. Goto est un album magnifique, du grand Toog, à découvrir forcément.
Concert solo de David Fenech le 12 juin 2010, avec des instruments jouets au chateau des Gondi, Joigny, Bourgogne.

BlogToog
MyspaceToog